Présentation globale

L’univers de Qualhiryann est avant tout un univers médiéval fantastique avec tout ce que l’on peut attendre dans ce type d’univers. A la base, il a été pensé avec un maximum de contrepieds. Mais certains contrepieds ne sont plus d’actualité. Prenons un premier exemple : il y a un royaume elfe copain comme cochon avec un royaume nain. En 1987, ce n’était tout simplement pas possible !!! Rappelez-vous le Donjon de Naheulbeuk….

Fondamentalement aussi, il y a un contrepied d’envergure : le monde est plat, réellement plat. Si un personnage va au bord et fait un pas de plus, il tombe, tout simplement. Contrairement à beaucoup d’univers de ce type dans lesquels nous allons trouver une myriade de dieux créateurs, certains se battant avec leurs parents les titans (copie de la mythologie grecque), dans Qualhiryann il n’y a que trois dieux importants qui ne sont responsables d’aucune création divine, mise à part quelques races vivantes d’humanoïdes. C’est une magicienne venant d’un autre univers qui, se promenant dans l’Astral, découvrit un monolithe errant et décida d’en faire un monde vivant.

L’idée principale dans cet univers est de mélanger les genres, de faire cohabiter des civilisations de type Viking au côté de civilisations de type Japonaise. La seule restriction que l’auteur s’est imposée est de ne pas dépasser une période de notre histoire terrestre : l’apparition de la poudre à canon. Donc il n’y aura jamais d’explosif ou de fusil dans Qualhiryann. Pour le reste tout est possible : des dinosaures, des pharaons égyptiens, des pyramides incas, des chevaliers teutoniques, des moines Shaolin. L’histoire de la Terre reste la plus grande source d’inspiration.

Mais le plus important est certainement le fait de bien garder à l’esprit que nous sommes dans un univers médiéval fantastique, donc le mot fantastique prend toute sa splendeur. Cet univers est de type épique, donc les aventures les plus folles sont au rendez-vous. Et lorsque les lois physiques doivent être contournées, la magie offre un bon substitut. Ce qu’il faut garder à l’esprit est une chose simple : le rêve, le plaisir de l’évasion. Qualhiryann est là pour sortir le lecteur de son quotidien, rien de plus, rien de moins.

Voici ce que l’on pouvait dire de la présentation générale de l’univers de Qualhiryann